UNE MÉTHODE INNOVANTE

Développer des qualités relationnelles
Le contexte social et économique d’aujourd’hui est très exigeant pour les hommes et les organisations. Les enjeux et les stratégies changent très vite. Nous faisons face à une réalité complexe, dont un des paramètres reconnus est la dégradation des relations hiérarchiques et transversales. Beaucoup touchent les limites d’une approche trop exclusivement rationnelle, planifiée. Pour redonner du sens et libérer l’énergie, il est nécessaire de développer d’autres qualités humaines complémentaires, notamment relationnelles.

Un travail sur la communication non verbale
Coopération et obéissance ne sont pas des comportements spontanés du cheval envers l’homme. Ce dernier va avoir à user, d’une façon appropriée, de ses compétences en communication non verbale pour créer une équipe homme/cheval gagnante. Or la communication non verbale chez l’homme représente plus de 85% de la communication dans sa globalité. Elle comprend la posture physique, le regard, la respiration, le rythme et l’intonation d’expression, le rythme cardiaque, etc.

Le cheval ne « ment » pas
L’homme a le triste privilège, grâce au langage, de pouvoir mentir par rapport à ses émotions, de se mentir à lui-même aussi parfois, comme moyen de défense face à des situations (traumatisantes, etc.). Il peut en arriver à se couper de toute émotion. La relation homme cheval redonne à l’homme accès à des émotions auxquelles sa conscience n’accédait plus. Le cerveau du cheval enregistre la moindre modification dans notre organisme (respiration, rythme cardiaque, tension musculaire, etc. ainsi que nos émotions enfouies). Si le cheval détecte la moindre incongruence dans notre démarche, il nous le fera savoir en refusant de participer ou en nous tournant le dos.



Le cheval ne « juge » pas
La relation homme cheval est sans jugement. Le cheval n’est pas émetteur de jugement mais uniquement d’évaluation. Il choisit d’entrer de donner sa confiance ou non.

Penser « cheval », ou se mettre à la place de l’autre
Pour obtenir un résultat sans résistance, rapide, efficace et harmonieux, l’homme doit cultiver l’interdépendance et a tout intérêt à s’adapter au cadre de référence et au monde du cheval dans ses modes d’échanges (place, déplacement, mouvement, rythme, absence d’émotions parasites…). L’homme apprend à “penser cheval”.